Instauration d’aides exceptionnelles et temporaires pour l’embauche de jeunes

Dans le cadre du plan “1 jeune, 1 solution” mis en place par le gouvernement, une aide exceptionnelle à l’embauche a été mise en place, cette aide est composée de deux volets :

– Embauche en alternance : l’employeur peut bénéficier d’une aide exceptionnelle à hauteur de 5 000 euros pour une personne ayant moins de 18 ans et de 8 000 euros si celle-ci a plus de 18 ans. Cette aide est valable pour toute embauche en contrat d’alternance conclu sur une période définie soit entre le 1er Juillet 2020 et le 28 Février 2021. Le versement de cette dernière est effectué mensuellement pendant la première année du contrat et avant le paiement du salaire destiné à l’apprenti. En cas de rupture anticipée du contrat de travail, l’aide n’est plus due à compter du mois suivant la date de fin du contrat.

 

Pour information : L’aide exceptionnelle peut être affectée aux employeurs comptant dans leur effectif des apprentis qui sont éligibles à l’aide unique à l’apprentissage (diplôme de niveau inférieur ou égal au bac/bac professionnel). En effet, pour la première année d’exécution du contrat, le versement de l’aide unique à l’apprentissage est substitué par l’aide exceptionnelle sous les mêmes conditions définies ci-dessus. En outre, pour les années suivantes, l’aide unique prendra le relais si l’apprenti en est initialement bénéficiaire ; à savoir 2 000 euros maximum pour la deuxième année et de 1 200 euros maximum pour la troisième année de l’exécution du contrat.

 

– Embauche en CDD (au moins 3 mois) ou CDI : Celle-ci concerne les jeunes âgés de moins de 26 ans embauchés en contrat à durée déterminée d’au moins 3 mois ou en contrat à durée indéterminée. Dans ce contexte, l’employeur ayant embauché un jeune salarié entre le 1er Août 2020 et le 31 Janvier 2021, peut prétendre à une aide d’un montant pouvant s’élever jusqu’à 4 000 euros pour un même salarié à temps plein (soit 1 000 euros maximum par trimestre). Le versement est réalisé à un rythme trimestriel. Néanmoins, cette aide est proratisée en fonction de la durée du contrat et du temps de travail effectif du salarié. De plus, pour prétendre à cette aide, le salarié doit percevoir une rémunération inférieure ou égale à deux fois le montant du SMIC et, il ne doit pas y avoir eu de licenciement économique sur le poste occupé par celui-ci depuis le 1er Janvier 2020.

Recent Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous envoyer un email et nous reviendrons vers vous dès que possible !

Entrez votre recherche puis tapez sur « Entrer »

10-2020-dedia-exonerations_sociales